SUZOR-CÔTÉ, Marc Aurèle (1869-1937)

Dès 1887, Marc-Aurèle (de Foy) Suzor-Côté est apprenti décorateur pour des églises et des institutions religieuses. En 1891, il se rend à Paris pour y suivre des cours à l’École des beaux-arts et à l’atelier de Léon Bonnat. Il fréquente l’Académie Colarossi et côtoie le sculpteur Auguste Rodin. En 1894, il revient au Québec pour trois ans avant de repartir pour Paris où il poursuit sa formation à l’Académie Julian dont il reçoit le Premier prix pour la composition et la représentation humaine. Il présente son travail à l’Exposition universelle de Paris (1900) et il est reçu Officier de l’Académie de France (1901). La même année, il revient au Québec mais continuera à faire des allers-retours entre le Canada, la France et les États-Unis. Parallèlement à sa peinture, il s’adonne régulièrement à la sculpture de bronze et réalise des œuvres maintenant reconnues pour leur originalité et leur force d’évocation du labeur et de la vaillance des colons. Parmi elles, Le vieux pionnier canadien (1912), Le portage (1922), Femmes de Caughnawaga (1924), Le halage du bois (1925) et Maria Chapdelaine (1925). Au fil des ans, il expose ses œuvres en Ontario, au Québec et à Paris. En 1927, un accident cérébro-vasculaire l’empêche de travailler et il déménage en Floride. Il reprend progressivement le dessin, la peinture et la sculpture. En 1933, lors de l’inauguration du Musée des beaux-arts du Québec, un espace est réservé à ses œuvres. L’année suivante, l’École des beaux-arts de Montréal lui consacre une exposition d’envergure.

Catégories: