MURPHY, Serge (1953)

Serge Murphy, La forme des jours, 2012. Matériaux divers. 670 x 121 cm. Photo : Pascal Grandmaison, Musée des beaux-arts de Montréal

Serge Murphy détient un Baccalauréat en arts visuels de l’université Laval (1975) et une Maîtrise en esthétique de l’Université Paris VIII Vincennes (1977). Il est récipiendaire de plusieurs prix et ses œuvres font partie d’importantes collections privées et publiques au Canada, aux États-Unis et en Europe. En plus de s’adonner ponctuellement à la vidéo et la performance, il privilégie les installations pour lesquelles il procède par accumulation d’objets et pacotilles de toutes sortes qu’il aménage en sortes d’autels de fortune qui empruntent un certain caractère sacré en mémoire de la dérive du quotidien. S’y mêlent l’étrangeté et le familier, l’utile et le dérisoire.

VOIR :
« Les grandes manoeuvres de l’art modeste : Le sourire ambigu de Serge Murphy et de BGL » de Gilles Daigneault, ESPACE #59, p. 28.
« Le bronze et la gaze, le granit et la laitue ou quand la sculpture se fait précaire » de Jean-Pierre Latour, ESPACE #66, p. 5.
« Oeuvres finies ou en perpétuel achèvement? : Les installations de Serge Murphy » de Véronique Rodriguez, ESPACE #69, p. 18.
« Serge Murphy : Tohu-Bohu/Tumult » de Nadja Sayej, ESPACE #80, p. 36.
« À propos de « menues manoeuvres » » de Gilles Daigneault, ESPACE #82, p. 29.
« Le Big Bazar de Serge Murphy. Encore ! » de Gilles Daigneault, ESPACE # 97, p.34.