DUTIL, Daniel (1951)

Daniel Dutil,Le vent glisse sur le temps et roule vers la lumière, 2012. Aluminium et granit. 1500 x 600 x 100 cm.

Titulaire d’un Baccalauréat en Enseignement des Arts plastiques de l’Université du Québec à Chicoutimi (1974-1977) et d’une Maîtrise en arts plastiques à l’Université du Québec à Montréal extensionnée à l’Université du Québec à Chicoutimi (1991-1994), Daniel Dutil explore la photographie et la sculpture, transformant la lumière en matière et énergie. Proche de l’art environnemental et de l’in situ, son travail s’inspire des théories de l’interactionnisme symbolique, soit de créer une parfaite osmose entre le lieu d’accueil, la matière-lumière, les matériaux utilisés et l’observateur. Outre une carrière d’enseignant et de nombreuses expositions individuelles et collectives, il a réalisé plusieurs œuvres d’intégration à l’architecture, dont L’envol d’Adrien, une verrière à l’École l’Envol de Saint-Nicolas (1990) ; Aire de projection, une sculpture murale à l’École Saint-Laurent de Jonquière (1992) ; De l’autre côté de Brenda, une sculpture-verrière pour la Bibliothèque de Saint-Félicien (1997) ; Territoire transitoire, une sculpture extérieure au Centre de formation professionnelle à Jonquière (1998) ; et Aire et parallaxe, une sculpture extérieure au Parc de la Rivière-aux-sables, à Jonquière (1998). En 2012, s’inspirant de la nature et de l’histoire du lieu, il a installé une œuvre imposante devant le pavillon d’accueil du parc Rivière-du-Moulin, à Chicoutimi. Intitulée Le vent glisse sur le temps et roule vers la lumière, elle présente entre autres des skis surdimensionnés appuyés sur le bâtiment sur lesquels on voit la silhouette de branches, de feuilles et de conifères semblables à ceux que l’on retrouve aux alentours.