AYOT, Pierre (1943-1995)

Pierre AYOT, Onésime, le tigre dessinateur, 1992-1993. Sérigraphie, xénographie et acrylique/papier marouflé sur bois, peinture latex, bois découpé. 400 x 109 x 109 cm. Photo : Alexandre Nunes.

En 1963, Pierre Ayot étudie la gravure à l’École des beaux arts de Montréal avec Albert Dumouchel. Il sera lui-même professeur à l’École des beaux-arts de Montréal de 1964 à 1972, puis à l’Université du Québec à Montréal de 1972 à 1995. En 1966, il fonde l’Atelier libre 848 qui deviendra, en 1972, Graff centre de conception graphique. Il est également membre-fondateur du groupe Média, gravures et multiples et de l’Association des graveurs du Québec. Dans son travail, il entend questionner les préceptes idéologiques de l’art moderne. Dès le milieu des années soixante, il délaisse l’abstraction et charge ses lithographies et ses sérigraphies de références populaires dans l’esprit du Pop Art. En 1968, avec Vite, vite un kleenex, puis Take one and pay to the cashier il fait déborder l’œuvre de son cadre en la prolongeant avec des objets tridimensionnels et leur représentation bidimensionnelle. L’objectif, dit-il, n’est pas de tromper le spectateur mais de lui faire prendre conscience des règles du jeu de l’art et de la nature arbitraire et variable de la représentation. En 1980 il expose au Musée d’art contemporain de Montréal un Chantier, première œuvre où il envahit véritablement l’espace. Sa série Museum Circus, qui sera présentée dans sa version intégrale au Musée du Québec en 1993, est composée de colonnes qui empilent livres, éléments architecturaux et objets produisant de véritables totems contemporains amalgamant culture savante et culture de masse. Avec toutes ces explorations, son art en vient à se situer à mi-chemin entre le Pop Art, l’art conceptuel, la sculpture-objet, l’environnement et l’installation. En 1996, le Prix Pierre-Ayot est créé à sa mémoire par la Ville de Montréal en collaboration avec l’Association des galeries d’art contemporain (AGAC). Ce prix, qui promeut l’excellence de la nouvelle création en arts visuels à Montréal, est décerné annuellement à un artiste de 35 ans et moins en début de carrière.

VOIR :
« Le Museum Circus de Pierre Ayot » de Jocelyne Lupien, ESPACE #25, p. 6.