THERRIEN, Gaétan (1927-2005)

Gaétan Thérien, Le poète, 1966. Pierre. Photo : Ginette Clément, Musée d’art de Joliette.

Gaétan Therrien (on écrit parfois Thérien) étudie à l’École d’architecture de Montréal (1942-1944) et à l’École des beaux-arts de Montréal (1950). Suite à un séjour en France, il est professeur à l’École des beaux-arts de Montréal, au séminaire de Joliette et au séminaire de Sainte-Thérèse. Il est membre fondateur de l’Association des Sculpteurs du Québec et participe au Symposium de Joliette en 1966. En 1975, il écrit Manifeste 221, véritable charge contre l’art de cette époque (récupération d’objets banals et Pop art) qui n’a plus rien à voir avec un idéal de beauté. Dans sa pratique, il aborde souvent des thèmes religieux et utilise divers matériaux : pierre calcaire, onyx, cuivre martelé et marbre. Ses œuvres monumentales sont cependant plus abstraites et portent un message d’harmonie qui rend hommage à la résilience humaine. Par exemple, Le coureur de Marathon (d’après un texte de Yves Thériault) (1983) et Les muses (1986, reconstruite en 2001), une fontaine lumineuse pour la Ville de Laval. En 1988, il renoue avec Alfred Pellan qui avait été son professeur à l’École des beaux-arts, et produit des enregistrements inédits de leurs conversations.

Catégories: