Symposium du Québec (1965)

Philippe Hiquily, Sans titre, 1965. Acier corten. 4,77 x 3,43 x 3,43 m. Collection du Musée d’art contemporain de Montréal. Photo : aimable permission du Musée d’art contemporain de Montréal.

Dirigé par le ministère des Affaires culturelles du Québec par l’entremise du Musée d’art contemporain de Montréal, le Symposium du Québec, qui se tient en 1965, cherche à enrichir les collections du musée. Celui-ci, ouvert au public dans des locaux temporaires, à la Place Ville-Marie, depuis mars 1965, vient d’emménager dans l’édifice du Château Dufresne, situé rue Sherbrooke Est, à Montréal, dans lequel il restera jusqu’en 1968. Guy Robert, alors directeur du musée, recrute les artistes étrangers qui sont, à cette époque, tous établis à Paris. Le symposium réunit neuf sculpteurs − Leonardo Delfino (Argentine), Ivanhoé Fortier (Canada), Philippe Hiquily (France), Berto Lardera (Italie), Gérard Mannoni (Corse), Claude Santa (Corse), Gord Smith (Canada), Jeanne Spiteris (Grèce), Yves Trudeau (Canada) − et un collectif − Paul Borduas, Ivanhoé Fortier et Yves Trudeau (Canada). Le thème est celui du « métal découpé et soudé ». Alors qu’un montant de 25 000 $ est attribué à l’événement par le ministère des Affaires culturelles du Québec, les besoins des artistes sont assurés par la Ville de Montréal, le prêt d’outillage par l’École des beaux-arts et les matériaux par plusieurs entreprises.

Référence : Serge Fisette, Symposiums de sculpture au Québec 1964-1997, Montréal, Centre de Diffusion 3D, 1997, p. 30-31.