PRIMEAU, Daniel-Jean (1956)

Daniel-Jean Primeau, Une tranche de photocopieur, 1990-1996. Photo avec l’aimable autorisation de l’artiste.

Daniel-Jean Primeau a étudié en ethnologie, en linguistique et en communication à l’Université de Montréal. À titre de chef d’expédition, il a effectué des fouilles en Égypte. À son retour, il s’est progressivement adonné à la sculpture et a gagné des prix importants, dont le prix Confrontation 84 : exposition de sculptures à la Place Ville-Marie de Montréal (1984), et la Bourse de soutien à la pratique artistique du ministère de la Culture du Québec pour la réalisation de son projet Mémoire vivante (1994). À travers sa pratique qui consiste à « trancher » des objets du quotidien, il réfléchit sur la surconsommation, de même que sur la compartimentation des activités journalières. Le découpage des objets-sources et leur empilement à la verticale apparenté aux couches géologiques permettent au spectateur de voir d’un seul coup d’œil leur intérieur et leur extérieur. Par le fait même, les sculptures élèvent les choses du monde au-dessus de leur fonction première et leur insufflent un certain caractère abstrait et sacré.

VOIR :
« Un point de vue tranchant » de Mona Hakim, ESPACE #18, p. 50.
« Daniel-Jean Primeau » de Anne Morasse, ESPACE #51, p. 35.
« Tristesse et effervescence à Gatineau » de Serge Fisette, ESPACE #85, p. 5.

Catégories: