PELLEGRINUZZI, Roberto (1958)

Roberto Pellegrinuzzi, Tête de pont , 2000. Photo : Michel Dubreuil.

Dans les années quatre-vingt, Roberto Pellegrinuzzi étudie en arts plastiques à l’Université Laval et à l’Université du Québec à Montréal. Dès le début de sa carrière, il développe une recherche sur le médium et l’acte photographique. Il photographie des objets et colle les clichés sur des constructions en trois dimensions, de manière à ce que l’objet construit ait l’apparence de l’objet source photographié. Dans les années quatre-vingt-dix, il entame la série Le chasseur d’images qui résulte de la captation photographique d’éléments naturels (feuilles) qu’il fragmente et recompose de sorte à obtenir un herbier géant. Plus tard, il réalise des fresques géantes composées de dizaines de photographies de personnages qui, une fois assemblées, reconstituent un visage. Par exemple, Les Écorchés (1998) ainsi que Tête de pont temporairement installée en 2000 sur le pont-levis Wellington qui enjambe le canal de Lachine.

VOIR :
« Roberto Pellegrinuzzi — C.I.A.C., Montréal : PhotoSynthèse » de John K. Grande, ESPACE #31, p. 11.
« L’Année de la Sculpture Publique » de Serge Fisette, ESPACE #53, p. 8.

Catégories: