LAQUERRE, Dominique (1959)

Dominique Laquerre, Déplacement, 2003. Sérigraphie sur aluminium et aluminium ouvré. Parc routier Cap-de-Pierre, Saint-Augustin-de-Desmaures Programme d’intégration des arts à l’architecture du Québec. Photo: Dominique Laquerre

Dominique Laquerre est arrivée à la sculpture par le biais de l’installation in situ. L’année 1992 a marqué un tournant dans sa carrière amorcée en peinture. L’annonce de la construction d’une ligne de transport d’électricité au cœur des Appalaches l’amène à créer Échelles réduites, un ensemble d’actions et d’installations éphémères, cosigné avec Daniel Jean, et réalisé sur le tracé prévu des pylônes. D’autres œuvres intégrées au paysage ont suivi, par exemple, L’arbre généalogique (1999-2000) et Ligne de vie (2005-2006) dans un boisé de Chesterville ainsi que Repères, un projet impliquant les communautés riveraines de la rivière Nicolet (2001-2002). Parallèlement, elle conçoit des sculptures métalliques en ronde-bosse mi-abstraites mi-figuratives et des murales dans le cadre du programme d’intégration à l’architecture du gouvernement du Québec, dont Déplacements, au Parc routier Cap-de-Pierre, à Saint-Augustin-de-Desmaures (2003). Elle a présenté plusieurs expositions individuelles et collectives au Québec, en France et au Mexique, et a reçu le Prix du Conseil des Arts et des Lettres pour le Centre-du-Québec (2006) et le Prix Ambassadeur Télé-Québec (2008). Elle a cofondé le centre d’artistes Grave à Victoriaville (1986) et Clairière – Art et nature (2006) et a assumé divers commissariats.

VOIR :
« Dominique Laquerre : Repères pour une mémoire collective » d’Anite De Carvalho, ESPACE #63, p. 42
« Dominique Laquerre. Bois d’oeuvres » d’Anite De Carvalho, ESPACE #78, p. 44
« ESSARTS 2000-2009 : Entretien avec Pierre Tessier » de Serge Fisette, ESPACE #92, p. 28

Catégories: