GRÉGOIRE, Paul (1950)

Paul Grégoire, Hommage à la déception, 1990. Fibre de verre, acier, pierre. 760 x 549 x 305 cm. Photo : Claude Boisvert, Service de la culture, des loisirs et de la vie communautaire de Laval.

Se définissant comme autodidacte et artiste multidisciplinaire, Paul Grégoire explore tout à la fois l’écriture, la musique, le chant, la vidéo, la performance et la sculpture. En 1991, il nomme sa production Alzheimer Social pour dénoncer la violence, l’injustice, l’exploitation et la faim. L’année suivante, il présente une exposition à la Galerie Circa et à la Galerie d’art de Matane en rapport avec cette situation : des sculptures-installations formées de personnages et d’animaux qui disent le découragement et la rage qu’il ressent envers la race humaine. Outre des expositions individuelles et collectives dont la Biennale II du Québec au Centre Saidye Bronfman (Montréal, 1979), Entre la magie et la panique (1983) au Musée d’art contemporain de Montréal et Encuentro (1994) au Museo Universitario del Chopo à Mexico, il a participé à plusieurs symposiums à Laval (1990), aux Îles-de-la-Madeleine (1999) et à Saint-Jérôme (1999). On lui doit également des œuvres d’intégration comme Le train à Grégoire au Musée du Bas-Saint-Laurent de Rivière-du-Loup en 2003.

VOIR :
« NonNonNon » de Paul Grégoire, ESPACE, vol. 5, n° 3, p. 23.
« La sculpture et ses entours… » de Serge Fisette, ESPACE #70, p. 5.