DESROSIERS, Pierre (1957)

Pierre Desrosiers, Place aux oursons, 1990. Béton, haies d’arbustes. 387 x 716 cm. Photo : Claude Boisvert, Service de la culture, des loisirs et de la vie communautaire de Laval.

Pierre Desrosiers travaille d’abord comme bédéiste et illustrateur dans des magazines. Après des études à Toronto et à New York, il complète une Maîtrise en arts plastiques à l’Université du Québec à Montréal, en 1988. Comme projet de finissant, il propose Les œuvres vraies d’un artiste fictif, Pierre-Louis Desringuerre, 1880-1937, à la Galerie de l’UQAM, une imposante installation qui se veut une pseudo reconstitution historique d’un artiste fictif. Son approche, qui se veut humoristique et ludique, lorgnant vers la parodie, est à l’opposé de l’image traditionnelle du monument commémoratif dont les personnages sont représentés plus grands que nature. Par exemple, lors du Symposium international de Laval 1990, il édifie un monument avec socle où la figure centrale montre des… oursons la tête en bas ! Boursier du ministère des Affaires culturelles, il a à son actif nombre d’interventions comme conférencier et professeur d’art. Il a présenté son travail dans plusieurs lieux d’exposition, notamment la Galerie Tamaris à Montréal, le Musée de Lachine et la Galerie d’art du Cégep Montmorency à Laval. En 1993, il exposait Tu ne fuiras point, à la Galerie B-312 à Montréal qui regroupait entre autres un kouros en papier mâché arborant des tatouages, un ours en peluche affublé d’un attribut sexuel proéminent fièrement dressé et des personnages en Lego dans des positions amoureuses explicites.

VOIR :
« Pierre Desrosiers : Jouer entre l’art et la vie » de Michel Paradis, ESPACE #28, p. 31.
« L’oeuvre et son modèle » de Serge Fisette, ESPACE #36, p. 38.

Catégories: