BLACKBURN, Guy (1956)

Guy Blackburn, Sans titre, 2005. Boite de carton, soulier, lacet. 37 x 24 x 26 cm. Photo: Jean Martin.

Guy Blackburn détient un baccalauréat en arts plastiques de l’Université du Québec à Chicoutimi (1982). Il enseigne pendant deux ans au Cégep de Chicoutimi et à l’Université du Québec à Chicoutimi, et fonde avec Jean-Pierre Harvey et Yves Tremblay un atelier de recherche sur l’installation, Insertion. Dans ses œuvres, qui mêlent la photographie, le dessin et la sculpture, il traite particulièrement des enjeux scientifiques, sociaux et politiques. En 2000, il participe à l’exposition Fissions singulières tenue au Musée canadien de la Guerre Froide, soit dans l’ancien bunker antinucléaire du gouvernement canadien construit à la fin des années 1950 à Carp, près d’Ottawa, aussi connu sous le nom à la fois ludique et ironique de Diefenbunker, puisqu’il fut édifié sous le règne du premier ministre John Diefenbaker. L’objectif étant de présenter des installations en rapport avec le lieu, il décide de relier symboliquement, par quatre œuvres occupant autant de salles, les quatre étages du bâtiment entièrement situé sous terre, établissant ainsi une communication entre les étages de l’édifice voué par essence au cloisonnement et au confinement. En 2005, il a reçu le Prix du Conseil des arts et des lettres du Québec en région.

VOIR :
« Fissures d’art dans l’hyperréel politique » de Guy Sioui Durand, ESPACE #55, p. 30.
« La sculpture et ses entours… » de Serge Fisette, ESPACE #70, p. 5.
« Guy Blackburn. Touche » de Véronique Villeneuve, ESPACE #78, p. 42.