O’REILLY, Yves (1955)

Yves O’Reilly, Le râteau, 2004. Encens et sablière. 30 x 23 m. Photo : Sylviane Thibault.
Yves O’Reilly, Le râteau, 2004. Encens et sablière. 30 x 23 m. Photo : Sylviane Thibault.

Yves O’Reilly a une formation collégiale en sciences pures (fin des années soixante-dix). Il a été responsable et conservateur de plusieurs expositions à Ville Saint-Léonard (1983-1986), directeur général de la Deuxième biennale internationale d’émail de Laval (1989) et coordonnateur de l’Atelier de sculpture 213 de Laval (1989-1990). Dans sa pratique, en plus de réaliser des vidéos et des films, il intègre la photographie à ses installations in situ pour créer des lieux où rôde la mort : celle du sujet représenté, celle de l’image comme telle. Par exemple, en 1996, sur le terrain de la Maison Hamel-Bruneau à Québec, il creuse deux excavations et dépose au fond de l’une d’elles une immense photographie brouillée d’un personnage. Campée à l’avant-plan, une stèle de verre fait miroiter l’image de vagues enveloppant le fantôme. La seconde cavité a pour tout artefact une stèle et un bocal d’eau. Cette œuvre, Sans titre, est caractéristique de sa démarche sur l’éphémère et l’invisible, sur la mémoire oublieuse, sur le vide, la perte et le silence. Parallèlement, dans un esprit apparenté à la philosophie japonaise du wabi-sabi, il crée des encens avec des résines, des gommes et des herbes pour en faire des sculptures

VOIR :
« Commentaires sur l’installation du vase » de Rossitza Daskalova, ESPACE #20, p. 37
« Sculptures complices » de Jean Dumont, ESPACE #32, p. 35.
« La photo… sous les arbres » de Serge Fisette, ESPACE #38, p. 11.
« Yves O’Reilly : Quatre ou cinq histoires aperçues avec ou sans Yves O’Reilly à Paris » de Marc Archambault, ESPACE #41, p. 34.
« Entre joie et tristesse » de Serge Fisette, ESPACE #42, p. 6.

Catégories: