LAUZON, Réal (1945)

Réal Lauzon, L’Apnaute, 2006. Bois, papier de riz, acrylique, corde de nylon, ruban de satin, livre. 208 x 460 x 70 cm. Photo : Guy L’Heureux.

Réal Lauzon est titulaire d’un Baccalauréat et d’une Maîtrise en arts plastiques de l’Université du Québec à Montréal. Pendant une vingtaine d’années, il a inventé d’étranges machines mutantes dans son loft du 2019 rue Moreau à Montréal, un espace qui a accueilli une importante communauté d’artistes avant la condamnation de l’édifice en 2013. Tel un pèlerin humble et solitaire, l’artiste arpente les ruelles en quête de morceaux de bois jetés aux rebuts qu’il métamorphose minutieusement en simili outils et pseudo ustensiles séduisants qu’il qualifie de « mâches échines » ou de « mécanorganismes ». Si ses œuvres entretiennent un certain lien avec celles des « patenteux », elles sont empreintes d’une esthétique incontestablement poétique, voire philosophique, et elles ne sont pas étrangères au savoir-bien-faire médiéval. En témoignent, entre autres, Vaisselle-véhicule Nutribus (1985, L’indicateur d’influences médiévales (2002) et L’apnaute (2006).

VOIR :
« Hochelaga-Maisonneuve. Évolution et perspectives » de Claude Paul Gauthier, ESPACE #64, p. 7.
« Les Paysagistes : Entretien avec Monic Brassard, Yvon Cozic » de Serge Fisette, ESPACE #85, p. 7.