LACROIX, Paul (1929-2014)

Paul Lacroix,  Le petit poucet, 1990. Troncs d'arbre, granite noir, pierre, acrylique. Photo : Daniel Roussel, avec l’aimable autorisation de la Galerie Trois Points.
Paul Lacroix, Le petit poucet, 1990. Troncs d'arbre, granite noir, pierre, acrylique. Photo : Daniel Roussel, avec l’aimable autorisation de la Galerie Trois Points.

Après des études à l’École des beaux-arts de Québec et l’École des beaux-arts de Montréal où il étudie avec Alfred Pellan, Paul Lacroix se rend à Paris et en Italie (1954). Il enseigne par la suite à l’École des beaux-arts de Québec puis à l’École des arts visuels de l’Université Laval durant de nombreuses décennies. Dans les années 1970 et 1980, outre des abstractions, il privilégie les paysages et surtout les représentations partielles du corps humain dans des sculptures-installations faites de pierres et de bois qui présentent des formes variées de pieds, de sexes et de torses. Ses œuvres évoquent l’art classique et archaïque et renvoient à la mythologie antique tout en rappelant les préoccupations actuelles sur le thème du culte du corps. En 1999, le Musée national des beaux-arts de Québec lui consacre une rétrospective intitulée Œuvres sur papier 1976-1998 et en 2001 il reçoit le Prix Videre Reconnaissance en arts visuels décerné par la Ville de Québec. Il a réalisé plusieurs expositions importantes, dont : Paul Lacroix. De pied en cap au Musée du Bas-Saint-Laurent en 2001 et Paul Lacroix. Expositions dessins/photographies au Centre d’exposition Expression de Saint-Hyacinthe, en 2005.

VOIR :
« Oeuvres récentes de Paul Lacroix » de Lisanne Nadeau, ESPACE, vol. 7 #3, p. 44.
« Espaces privés » de Nycole Paquin, ESPACE #26, p. 24.
« Le retour de la licorne : Quand la nature représente l’artiste » de Jacqueline Bouchard, ESPACE #22, p. 27.
« Art et publicité : une relation dialogique ambiguë » de Claude-Maurice Gagnon, ESPACE #63, p. 6.

Catégories: