GAGNON, Marc (1958)

Marc Gagnon,  La beauté du mort. Vue d’exposition à la Maison de la culture Ahuntsic de Montréal. 2004/2005.  800 cm X 700 cm X 400 cm. Photo avec l’aimable autorisation de l’artiste.
Marc Gagnon, La beauté du mort. Vue d’exposition à la Maison de la culture Ahuntsic de Montréal. 2004/2005. 800 cm X 700 cm X 400 cm. Photo avec l’aimable autorisation de l’artiste.

Marc Gagnon a obtenu un Baccalauréat en arts plastiques de l’Université du Québec à Chicoutimi, en 1986. Dans sa démarche, il joue sur l’absurde et l’incongru, l’humour et le paradoxe et ce, afin de questionner nos repères habituels et susciter une réflexion sur notre manière de percevoir et de construire le réel. À la Maison de la culture Ahunsic, par exemple, il présente La beauté du mort, une maison de 8 x 7 x 4 m au décor suranné construit à partir de centaines de toiles d’artistes « du dimanche » glanées au fil des ans dans les marchés aux puces et les ventes de garage. Ou encore Le saut d’Adam, à l’été 2004, qui montre quatorze christs délestés de leur croix et empilés les uns sur les autres formant une sorte de colonne vertébrale. En 2012-2013, il était invité pour une résidence au Centre d’artistes Le Lobe de Chicoutimi à titre d’artiste sénior « ayant marqué le paysage culturel du Québec par son apport et sa contribution originale au développement des pratiques artistiques ».

VOIR :
« Marc Gagnon : Sur le terrain de la séduction » de Ginette Bouchard, ESPACE, vol. 7, n° 3, p. 14.

Catégories: