CHABOT, Thérèse (1945)

Thérèse Chabot, Table des nourritures, 2014. Fleurs, thé et végétaux comestibles, empreintes dans porcelaine crue des mains des reines et roi et mèches de cheveux, organza, os, petite sculpture sous verre. Photo : Michel Dubreuil.
Thérèse Chabot, Table des nourritures, 2014. Fleurs, thé et végétaux comestibles, empreintes dans porcelaine crue des mains des reines et roi et mèches de cheveux, organza, os, petite sculpture sous verre. Photo : Michel Dubreuil.

Thérèse Chabot a été professeure en arts à l’Université Concordia de 1983 à 2009 et coordonnatrice du département de céramique. Son travail a été présenté au Canada, aux États-Unis, au Mexique et dans des lieux sacrés en Europe avec le collectif Contemplations on the Spiritual. Elle a participé, en 1998, à la résidence Art/Nature du groupe Boréal. Son travail est en rapport direct avec les plantes avec lesquelles elle construit de vastes installations au sol comme de grandes courtes-pointes florales où est intensifié le rapport au lieu. Il y a également une référence aux notions d’éphémérité et de fragilitè de l’existence. Depuis 2007, elle revisite, dans des applications contemporaines, l’utilisation de la porcelaine à partir de procédés anciens comme la lithophanie et la porcelaine de coulage. En 2011, dans le cadre de l’exposition La fragilité du toujours, présentée à Expression, Centre d’exposition de Saint-Hyacinthe, elle a publié Majestueuse fragilité, une monographie couvrant trente-cinq ans de carrière.

VOIR :
« Thérèse Chabot » de John K. Grande, ESPACE #49, p. 40.