BARBEAU, Marcel (1925-2016)

Marcel Barbeau, Nadia ou Le saut du tremplin, 1976. Aluminium et acrylique. Collection Lavalin du Musée d’art contemporain de Montréal. Photo : Alexandre Nunes.
Marcel Barbeau, Nadia ou Le saut du tremplin, 1976. Aluminium et acrylique. Collection Lavalin du Musée d’art contemporain de Montréal. Photo : Alexandre Nunes.

Marcel Barbeau étudie à l’École du meuble de Montréal de 1942 à 1947 et fréquente l’atelier de Borduas de 1944 à 1953. En 1945, avec Jean-Paul Riopelle, il expérimente l’expressionnisme abstrait en peinture et en sculpture. Membre du groupe des automatistes, il est signataire du manifeste Refus global en 1948. Il quitte le Québec en 1957 pour ne revenir qu’en 1974. Il habite tour à tour à Vancouver, Paris, New York et en Californie. Dans les années 1960, il délaisse le surréalisme automatique en faveur d’une lente épuration, proche de l’expérimentation plasticienne. Il plonge ensuite dans l’univers cinétique qu’il aborde par les œuvres de Vasarely, et découvre le courant Op Art. Son œuvre se nourrit d’autres disciplines comme la poésie, la danse et la musique. Peintre et sculpteur, il s’est intéressé également à l’estampe, au collage, à la photographie, à la performance interdisciplinaire et à l’art public en explorant différents univers : surréalisme, minimalisme, cinétisme, formalisme, performance. Son travail de peintre et son travail de sculpteur se sont toujours développés en parallèle. Il utilise notamment la sculpture pour traiter d’une autre façon des problèmes de vide et de masse, de lumière et d’espace rencontrés dans la pratique picturale. L’ensemble reste abstrait et souvent de grandes dimensions. On trouve ses œuvres dans la plupart des musées canadiens et dans quelques collections publiques américaines et européennes. Son travail a été exposé internationalement. Il a reçu le Prix Paul-Émile-Borduas en 2013.

VOIR :
« Sculpture : Séduction ’90 : Un bilan » de Charlotte Gingras, ESPACE, vol. 7 #1, p. 37.

Catégories: