ALLOUCHERIE, Jocelyne (1947)

Jocelyne Alloucherie, Porte de jour, 2004. Plaques de métal d’acier intempérique. Square Dalhousie, Vieux-Montréal. Photo : Alexandre Nunes.
Jocelyne Alloucherie, Porte de jour, 2004. Plaques de métal d’acier intempérique. Square Dalhousie, Vieux-Montréal. Photo : Alexandre Nunes.

Les installations de Jocelyne Alloucherie, qui juxtaposent divers médiums (dessin, peinture, photographie, sculpture…), incitent le spectateur à déambuler dans ce que l’artiste nomme elle-même un théâtre d’objets. Parmi les éléments tridimensionnels jalonnant le parcours, il y a des sculptures monolithiques souvent géométriques, dont certaines font penser à des meubles (tables, lits, autels), de sorte que l’espace est investi d’une connotation familière. Une proximité s’installe en même temps qu’une distance face à la démesure des objets, leur étrangeté, leur ambiguïté évoquant aussi bien le mobilier que le monument. Artiste majeure du Québec contemporain, elle a exposé dans plusieurs pays et participé à de nombreux événements importants : Aurora Borealis, CIAC 1985 ; Biennale canadienne d’art contemporain, Musée des Beaux-Arts du Canada en 1989 ; Biennale de Liège en 2002 ; Biennale de Sedan en 2006. Elle est lauréate de prix prestigieux, dont le Prix du Gouverneur général en arts visuels et médiatiques, en 2000 ; le Prix Paul-Émile-Borduas, en 2002 ; et le Prix Jean-Paul-Riopelle du Conseil des arts et des lettres du Québec, en 2006.

VOIR :
« L’espace réconcilié » de Louise Letocha, ESPACE, vol. 6 #3, p. 21.
« Space Seen and Evoked in Contemporary Sculpture » de Nadua Slejskova, ESPACE #19, p. 37.
« Moshe Safdie, Jocelyne Alloucherie. Maquette architecturale, maquette sculpturale. De l’utopie à l’épitopie » de François Chalifour, ESPACE #97, p. 18.