LANDRY, Paméla (1959)

Paméla Landry, Aires d’apaisement, 2005. Cuir, feutre, lycra, matériaux de rembourrage, mousqueton, ressorts, moteurs et composantes électroniques. 450 x  450 cm. Photo : Paul Litherland.
Paméla Landry, Aires d’apaisement, 2005. Cuir, feutre, lycra, matériaux de rembourrage, mousqueton, ressorts, moteurs et composantes électroniques. 450 x 450 cm. Photo : Paul Litherland.

Diplômée de l’Université du Québec à Chicoutimi (Baccalauréat ès arts, 1985) et de l’Université Concordia (Maîtrise en arts, 1991), Paméla Landry est professeure au Cégep du Vieux Montréal depuis 1995. Parallèlement à son enseignement, elle poursuit sa pratique artistique et donne fréquemment des conférences à travers le Québec. Dans ses sculptures mécanisées et interactives qu’elle qualifie de « machines à investissement d’affect » et qui réfèrent à l’univers féminin, la combinaison de textures vivement colorées et la vibration de l’appareil mécanique fait appel à la tactilité et crée des espaces de réconfort, voire de thérapie. En témoigne d’ailleurs le titre de l’un de ses projets majeurs, Aires d’apaisement (Montréal, 2005; Regina, 2006).

VOIR :
« Le corps morcelé : L’enveloppe épidermique et le vêtement comme forme d’érotisation dans l’art » de Jocelyne Lupien, ESPACE #23, p. 25.
« Paméla Landry : l’Arche du désir » de Marc Desjardins, ESPACE #75, p. 44.
« Circa 1988-2008 : Entretien de Serge Fisette avec Yves Louis-Seize » de Serge Fisette, ESPACE #87, p. 27.

Catégories: